AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 lorsqu'un ange est tourmenté || Satine

Aller en bas 
AuteurMessage
Satine A. Losthell

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: lorsqu'un ange est tourmenté || Satine   Ven 10 Juil - 16:52


(c)Piwii's
« Satine Angel Yseult Losthell »



    Satine est l'insouciance à l'état pur, brisée, abandonnée, déchue de son statut d'ange, elle s'est perdue ; oubliant que même un oiseau en cage bat des ailes avec courage. Prisonnière devenue esclave, tourmentée par ses cauchemars, rabaissée au rang de poupée, elle s'en est allée. Loin très loin, oubliant son passé, ses peurs, sa vie d'ange brisée. Perdue dans ses pensées, enfouit dans son esprit torturé elle a perdu sa liberté. Sa vie n'est que mensonge depuis sa naissance, trahie, bannie, elle n'est qu'un jouet entre les mains du destin.


Adorable - terrifiée - courageuse - naïve - insouciante - mystérieuse - froide- douce - renfermée -sensible - compréhensive - cynique - gentille - silencieuse - calme - déterminée - patiente - malheureuse - perdue - passionnée - pianiste extraordinaire - intelligente - distraite - déstabilisante - étrange - perspicace - gracieuse - observatrice - manipulable - masochiste - entend des voix - incapable de montrer ses sentiments - ange brisé.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Satine A. Losthell

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: lorsqu'un ange est tourmenté || Satine   Ven 10 Juil - 23:36


chapitre one;






    « Mademoiselle Satine ?Nous en sommes à la cinquième séance ... Je comprends que votre passé vous effrais, mais parlez.... Dite au moins un mot... »

    La salle plongée dans la pénombre laissait entrevoir un demi-visage baissé. La silhouette regardait ses mains fines qui bougeaient sans qu'elle s'en aperçoive depuis plusieurs minutes. Ses mains étaient pales et données l'impression qu'elles glissaient sur un piano, virevoltant sur des touches imaginaires. Ce tic, signe évident que la silhouette était prisonnière d'une grande agitation intérieure avait été remarqué dès le premier jour par le psychologue qui essayait vainement de la faire parler. Se penchant en avant, son dos se courbant tel une carapace, les longs cheveux bruns de celle qui était de toute évidence une petite fille, vinrent se loger dans son cou. A chaque séance c'était la même chose. L'enfant se contentait de secouer vaguement la tête de droite à gauche, aucun son ne sortant de ses lèvres closes sur un passé que l'homme en face d'elle, souhaitait révéler. Habillée d'un uniforme avec le blason de l'orphelinat dans lequel elle se trouvait, ses beaux cheveux autrefois soyeux et lisses se trouvaient à présent emmêlés. Lentement, très lentement, la dénommée Satine leva son regard noisette, éteint & perdu, sur l'homme qui essayait de lui faire cracher son passé sur un simple bout de papier. Passé que personne ne comprenait, passé mystérieux qu'on voulait lui faire révéler. L'homme tressaillit devant le visage d'ange de la gamine, si triste comme lointain, hésitant un instant à poursuivre son interrogatoire. Vêtu d'un costume fraichement acheté, il tenait un bloc-notes où seul quelques mots étaient inscrits. Enfin, pour la première fois depuis longtemps, les lèvres de la petite fille s'entrouvrirent & un son faible sortit de sa gorge sèche :

    « J'ai mal. »

    Deux mots. Deux mots qui firent sursauter le docteur. Jamais il n'avait eu de patiente aussi étrange, aussi différente. Il vit une unique larme roulait sur sa joue. Ce qu'elle avait vécu avant qu'on ne la retrouve prostrée dans une maison détruite, serrant le cadavre d'une femme, aucun son ne sortant de ses lèvres, seul son regard terrifié témoignait qu'elle avait assisté à la scène de carnage. Il soupira, personne n'arrivait à la faire parler et pourtant ils avaient tout essayés. Cajoleries, menaces... Elle ne réagissait pas. Perdue. Oui c'était le mot. Elle semblait torturée de l'intérieur. Sentant qu'il allait peut-être arrivé à la faire parler aujourd'hui, il continua sur sa lancée :

    « Satine je comprends que vous ayez mal, mais nous avons besoin de comprendre ce qui c'est passé ce soir-là dans la maison, mais....
    - TAISEZ VOUS ! VOUS N'EN SAVEZ RIEN ! »

    Elle avait hurlé, se levant brusquement de sa chaise, il y avait cette panique sur son visage, ce mépris, cette haine qui la consumait et bien sûr la peur de revivre son passé. Le psychologue se tut, abasourdis. Ses collègues lui avaient déjà parlé de ses crises, mais il n'y avait encore jamais assisté. A peine avait-elle crié que les larmes dégoulinèrent de ses beaux yeux sombres, un gémissement s'échappa de ses lèvres tandis qu'elle se mettait à trembler. Elle avait mal...Si mal....Sa tête bourdonnait tandis que ses souvenirs revenaient avec violence. La douleur l'obligea à se courber tandis qu'elle serrait son ventre pour s'empêcher de crier. Sans qu'elle puisse résister, ses souvenirs défilèrent dans son esprit....


flash back


    Je m'appelle Satine Angel Yseult Losthell. Maman m'a appelée comme cela parce que sa grand-mère s'appelait ainsi et qu'elle l'avait secourue jusqu'à sa mort. Pour Angel, elle disait qu'à ma naissance je suis devenue l'ange qu'elle voyait en rêve. Yseult vient évidemment de la légendaire histoire d'amour de Tristan et Yseult. Maman ne comprenait pas. Elle n'a jamais compris que j'étais différente. Je crois qu'elle avait peur. C'est normal, on doit avoir peur lorsqu'on a une fille à seize ans. Je ne sais pas pourquoi elle m'a gardé. J'aurais pu ne jamais naitre, ne jamais endurer le supplice qu'allait devenir ma vie. Ou j'aurais pu être normal. Mais ce n'est pas arrivé. Maman est tombée amoureuse d'un homme dans le lycée où elle était. Elle lui a tout donné, son amour, son âme. Et lui, il a tout pris et tout détruit. Lorsque Maman lui a annoncée qu'elle était enceinte & que ses parents refusaient qu'elle avorte, il est parti, refusant ma charge, ma naissance. Je n'aurais jamais dû savoir tout cela. Maman refusait de me parler de mon père, elle avait l'air si malheureuse que je n'insistais pas. J'ai découvert que la famille de maman était très croyante et me voyait comme la progéniture du diable, leur fille avait mis au monde un être avant son mariage. Pour eux, je n'étais que l'enfant du Malin. Tout ça, si je le sais, c'est grâce aux voix. Je ne les aime pas. Elles me parlent, m'ordonnent des choses. Je les entends, elles me disent que je suis un être impure, que je ne devrais pas exister. Et souvent je ne peux leur résister, je leur obéis, je n'aime pas avoir mal, je ne veux pas qu'il arrive quelque chose à Maman. Après tout c'est de ma faute si elle est triste. Même si les autres me rejettent, même si pour eux je ne suis qu'une erreur de la nature, Maman ne doit pas être malheureuse. Elle n'a jamais compris. Comment le pouvait-elle ? J'entendais des voix. Je faisais léviter les objets ou je repoussais ceux qui m'attaquaient. Comment une petite fille pouvait faire choses pareilles ?! Lorsque je revenais couverte de bleus de l'école, je lui demandais pourquoi. Pourquoi étais-je un monstre ? Mais elle n'avait pas de réponse. Elle se contentait de me serrer doucement dans ses bras et de me murmurer que cela allait finir par s'arranger. Mais elle se trompait. Tout ça, ça a continué. Les voix, les pouvoirs. J'avais mal. Mais je ne disais rien lorsqu'on me frappait. Je me laissais brutalisée, maltraitée ou humiliée. Je me disais que je le méritais. De toute façon, je n'avais pas le choix. Je n'ai jamais eu le choix. Mon monde est fait de mensonge. Ma mère me disait que mon père était un prince mais qu'il avait dû partir & que moi j'étais une belle petite fille magicienne qui entrerait dans l'histoire. Mais les voix me disaient que j'étais un monstre, un être impur qui souillait le monde de ma présence. Alors, je me taisais. Je n'ai jamais parlé beaucoup, timide, froide, distance. J'étais bien naïve, bien perdue pour croire qu'un jour je ne serais plus un poids pour les autres. Tout semblait s'être calmé pendant quelques années, Maman s'occupait de moi avec sa meilleure amie qui l'aidait du mieux qu'elle pouvait. Car, mes grands-parents refusaient de voir leur fille à cause de moi. En dernier cadeau ils lui ont offert une petite maison et de quoi subvenir à tous nos besoins. En dehors des gens qui me trouvaient étranges avec mes paroles en énigme et ma perspicacité étonnante, il n'eut rien de vraiment étrange jusqu'à mes huit ans. J'avais maman, le piano, le reste n'avait pas d'importance. Pourtant ce jour là, je ne compris pas. Ils étaient trois. Ils sont arrivés dans la maison. Deux hommes & une femme. Ils brandissaient des bouts de bois et nous regardaient avec méchanceté. L'un des deux hommes a envoyé Maman contre l'armoire. Elle a crié, j'ai eu peur, je me suis précipitée sur elle. Tandis qu'un des hommes détruisait la maison en hurlant des paroles incompréhensibles, les deux autres s'approchaient de nous, l'air menaçant. J'ai eu peur ce jour-là, les voix me hurlaient de les tuer. Elles me disaient toujours cela lorsqu'elles sentaient le danger qui me menaçait. Mais cet ordre là, j'avais appris à lui résister. Je ne supportai pas la violence et lorsque l'homme empoigna ma mère par les cheveux, je le poussais de toutes mes forces. En principe il n'aurait pas dû bouger d'un pouce devant ma faible force. Pourtant, il valdingua allant s'écraser contre la cheminée, inerte. Le cri que poussa la femme se marqua dans ma mémoire à jamais : « Une sorcière ! Cette gamine a des pouvoirs ! Sale petite sang de bourbes ! »
    Je n'ai pas compris. La suite, je crois l'avoir oublié. J'ai mal. Tellement mal. Je me souviens de l'éclair vert, de maman qui ne bougeait plus et des deux êtres qui détruisaient tout pour le simple plaisir de détruire. Ils ne m'ont pas tué. Ils auraient dû. Je ne serais pas devenue ce que je suis maintenant, je ne me serais pas perdue, je n'aurai pas été dans l'orphelinat. Ils ne m'auraient pas retrouvé, la police les ambulances. Incapable de comprendre ce qui était arrivé, incapables de comprendre que la seule survivant au carnage était une gamine terrifiée par ses cauchemars. J'ai mal....

Fin du flash back

    Satine pleurait, recroquevillée sur le sol, elle tenait sa tête dans ses mains, gémissant pitoyablement. Trop de souvenirs, de douleurs. Elle avait mal... Si mal... Et l'autre psychologue qui l'a regardé éberlué.... Il ne comprenait pas.... Personne ne comprenait... Elle était seule... Si seule....
    Une semaine plus tard, Satine serait envoyée à l'hôpital pour avoir essayé de se taillader les veines, car les voix le lui avaient ordonnés. Suivi par un psychologue, elle ne parla que très peu, renfermée sur elle-même, elle fit cependant preuve d'un immense courage, lorsque des enfants s'attaquèrent à plus petits qu'eux, n'hésitant pas à leur sortir les pires vérités à la figure quitte à se faire frapper en retour.


Dernière édition par Satine A. Losthell le Ven 10 Juil - 23:52, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Satine A. Losthell

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: lorsqu'un ange est tourmenté || Satine   Ven 10 Juil - 23:39


chapitre two;



    Elle jouait. Jouait de manière intuitive, si résolument encrée dans sa passion que sa douleur semblait disparaitre. Ses mains fines virevoltaient sur le piano de l'orphelinat, emplissant la bâtise d'une magnifique mélodie. La lettre à Elise de Beethoven résonnait avec passion dans les murs sombres du salon. Il n'y avait qu'elle qui jouait de cet instrument. Il n'y avait que cette petite fille si étrange, si déstabilisante, si surdouée pour la musique qu'elle en devenait exceptionnelle. La directrice de l'orphelinat s'en était rendu compte. Voilà pourquoi elle avait fait rénover le vieux piano. Satine Losthell était tellement perdue que le simple fait de la voir paisible redonnait le sourire au personnel. Il faut dire que son visage d'ange si enfantin et pourtant si triste attirait les gens comme des aimants. Satine avait l'oreille absolue, d'origine irlandaise, elle semblait avoir des origines russes par l'un de ses parents. Virtuose, la douceur semblait enfin avoir fait s'envoler sa tristesse. On avait beau lui parler, lorsqu'elle jouait, plus rien n'avait d'importance. Les yeux fermés, ses cheveux d'un brun soyeux tombant dans son dos, elle était fine, gracieuse. La belle donnait l'impression qu'elle allait s'envoler, ses doigts parcourent les touches avec une agilité peu commune. Elle ne montrait aucune hésitation, jouait en aveugle, recherchant la perfection qui l'amènerait le plus loin possible, même une fausse note passait inaperçue. Sa beauté grandissait de jour en jour, fine, de taille moyenne, ses grands yeux noisette ne pétillaient pas. Ou ne pétillaient plus, sauf lorsqu'elle jouait. Sinon ce n'était qu'un puits sans fond, où résonnait tristesse, détresse et indifférence. Indifférence de la vie, de la douleur. Elle se contentait d'observer, Satine pouvait d'un regard comprendre les choses, décrypter les gens. Dans leur rapport, les psychologues n'avait que cette phrase à la bouche : « Mademoiselle Losthell possède une capacité d'analyse hors du commun, elle est capable d'assimiler les choses avec plus de vitesse que les autres enfants et pourtant elle s'obstine à ne pas parler ou du moins très peu. »

    Car en effet, elle ne parlait pas. Du moins jamais pour ne rien dire, prisonnière dans ses cauchemars, souvent elle se réveillait en criant la nuit et, incapable de la consoler, on la laissait se blottir contre le piano. Satine ne fut jamais adoptée. Elle refusa, de toute façon, les gens étaient effrayés par sa personnalité et ses dons étranges qu'elle se forçait à cacher. Ce fut à ses dix ans qu'elle reçut la lettre qui allait changer sa vie. Il y avait une femme qui est venue. Elle était froide, mais essayait d'être douce. Longtemps elle lui expliqua qu'elle avait une chance innée. Qu'elle était une sorcière. Elle mit du temps à la convaincre, on entendit des cris de protestations, les larmes roulèrent sur les joues de la pauvre enfant qui finit par se calmer et accepta l'idée qu'une école nommée Poudlard allait l'accueillir, elle qui depuis sa naissance avait passée sa vie à se dire qu'elle était un monstre, se rendait compte qu'elle n'était pas seule.

    Satine put échanger l'argent moldus que sa mère lui avait laissée sur un compte pour de l'argent sorcier. En plus de la bourse que l'école lui donnait, orpheline expliquant, elle put avoir des affaires tout à fait convenables et arriva même à s'acheter une chouette d'un noir ébène avec de magnifiques yeux perçants. Elle se rendit ainsi compte que la famille de sa mère n'était pas aussi pauvre qu'elle lui avait laissée entendre. Sa baguette fut en bois de rose, contenant un crin de Sombral trempé dans une larme de licorne. Ainsi, l'ange déchu entra à Poudlard, quittant pour l'année son orphelinat à Londres.

    Seulement, elle qui pensait pouvoir trouver la paix, elle, pauvre poupée, devient un nouveau jouet, qu'on se plaisait à torturer. La Belle fut humiliée, rabaissée et ses cauchemars revinrent de plus bel. Elle qui aurait pu aller plus loin que les autres, se retrouvait piégée dans une cage. Pauvre ange aux ailes brisées, elle se renferma de nouveau sur elle-même, ne se confiant à personne, ne montrant aucune faiblesse, se laissant pourtant frapper jusqu'au sang. Déterminée, d'un courage inébranlable et pourtant enfoui au fond de son âme, Satine refusant la douleur des autres, n'hésita jamais à défendre ceux qui étaient dans le besoin, envoyant les pires vérités à la figure des autres. Elle a maintenant dix-neuf ans, elle entre en neuvième année et commence une spécialisation dans la médicomagie. Ange brisé, devenu poupée, toujours perdu dans son monde, oublié...



(2476 mots)


THE END
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Satine A. Losthell

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: lorsqu'un ange est tourmenté || Satine   Sam 11 Juil - 12:46

Voilà, je pense avoir terminé ma fiche, excusez moi pour les fautes que vous trouverez, mon ordi n'arrêtait pas de bugger, alors ce n'était pas facile pour me relire correctement '-'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eilyn J. McGawn

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 01/07/2009

MessageSujet: Re: lorsqu'un ange est tourmenté || Satine   Sam 11 Juil - 12:47

    Welcome ! =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Satine A. Losthell

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: lorsqu'un ange est tourmenté || Satine   Sam 11 Juil - 12:47

Merci =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eilyn J. McGawn

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 01/07/2009

MessageSujet: Re: lorsqu'un ange est tourmenté || Satine   Sam 11 Juil - 12:51

    C'est avec plaisir =)

    Vivement que le Rp' soit bien lancer et que nous puissions peut-être faire un petit sujet toutes les deux pourquoi pas ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hazeyneel M. Anjeston
    sky ;
    I loose control and i love me

avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 29/06/2009
Localisation : poudlard, of course. ou peut-être mon chez-moi, à godric's hollow

MessageSujet: Re: lorsqu'un ange est tourmenté || Satine   Dim 12 Juil - 16:54

    Bonjour,

    Très belle fiche comme d'hab x). Gryffondor =)
    Bon jeu ^^

_________________
    every step I'm taking
    every move I make feels
    lost with no direction
    my faith is shaking
      the climb - m. cyrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cave-inimicum.keuf.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: lorsqu'un ange est tourmenté || Satine   

Revenir en haut Aller en bas
 
lorsqu'un ange est tourmenté || Satine
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Rp] Une louve aux allures d'un ange...
» Bague oeil de l'ange puissante: Départ 1po's
» L'ange Al Lopas
» [Tombola 5] Bague oeil de l'ange puissante
» [ACCEPTE] Steelish , Esprit tourmenté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
origin of dementia - rpg :: au commencement de tout. :: les dossiers du ministère. :: les dossiers approuvés.-
Sauter vers: